Niva

photo_2016-02-12_23-21-59

         Depuis mon arrivée en France, j’ai toujours souhaité faire connaître la dernière génération d’artistes iraniens en Europe. En effet, la scène artistique iranienne, et notamment téhéranaise, est très dynamique et a vu de nombreux talents émerger ces dernières années. La difficulté, et parfois l’impossibilité pour ces jeunes artistes de voyager, de se rendre à l’étranger, les a empêchés de montrer leur travail et de se faire connaître à l’extérieur de l’Iran.

 

         La très récente fin des sanctions économiques et la relative ouverture que mon pays connaît depuis quelques mois nous donne l’espoir de reprendre les échanges artistiques, de multiplier les rencontres, les voyages.

 

        Bien entendu, quelques artistes iraniens bénéficient déjà d’une visibilité internationale, d’une bonne représentation dans les institutions culturelles occidentales et d’un certain succès sur le marché de l’art (Tanavoli, Zenderoudi, Mohassess par ex.). Plus récemment encore, de jeunes artistes iraniens ont acquis une notoriété internationale (Mitra Farahani, Ali Banisadr, Y.Z KamiTala Madani, Shirazeh Hosseini, Shahpour Pouyan par exemple), mais c’est depuis l’étranger que ces artistes ont fait connaître leur art.

 

        Mon objectif est de donner la possibilité à des artistes vivant en Iran de se faire connaître à l’étranger, d’enrichir ainsi le dialogue culturel, de montrer au monde une facette de la vie artistique et culturelle iranienne méconnue.

 

        Pour cela, je souhaite organiser des expositions d’artistes iraniens en France, permettre à des artistes iraniens de venir en résidence, de rencontrer des artistes français, afin de favoriser leur insertion dans les réseaux institutionnels et le marché de l’art. Je souhaite aussi fédérer un groupe d’intéressés, historiens de l’art, critiques, curateurs, galeristes, pour leur présenter cette scène iranienne, et qu’ils contribuent, comme « relais » à diffuser le travail des artistes d’Iran.

 

       Pour mener à bien mon projet, j’ai commencé par constituer un réseau pour informer quotidiennement les Iraniens des opportunités artistiques qu’ils pourraient trouver en France et dans les pays voisins. J’identifie à présent des structures (galeries, institutions, associations etc.) intéressées par cette démarche.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *